L’Ardhis a un nouveau conseil d’administration

Association pour la défense des droits des personnes LGBTQI+ à l'immigration et au séjour

L’Ardhis a un nouveau conseil d’administration

À l’issue de son assemblée générale ordinaire, l’Ardhis a élu dimanche 19 juillet 2020, après bien des péripéties liées au Covid-19, un nouveau conseil d’administration, lequel a renouvelé sa confiance envers Aude Le Moullec-Rieu, réélue présidente, Christophe Caulier, secrétaire, et Pascal Humbert, trésorier.

Le lieu retenu pour l’organisation de cette assemblée générale était tout à fait emblématique, puisqu’il s’agissait du nouveau local de l’association, situé dans le 20e arrondissement. En dépit des travaux en cours, et dans le respect des mesures-barrières, plus de 200 personnes ont été accueillies tout au long de cette journée-marathon et ont pu faire entendre leur voix. Outre le vote des différents rapports, toujours accessibles, les membres de l’association, en grande majorité des usager·e·s, ont eu à se prononcer sur deux résolutions d’importance. D’une part la correction d’une scorie historique, le remplacement du mot « transsexuelle » par « trans » dans le nom de l’association qui, après des années d’usage officieux devient ainsi, officiellement, l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’immigration et au séjour. D’autre part, la possibilité pour l’association de faire un emprunt : l’importance des travaux à engager pour ce nouveau grand local de 100 m2 et notre volonté de ne pas dégrader les conditions d’accueil et l’aide apportée aux usager·e·s de l’association, l’exigent.

C’est un conseil d’administration de courte durée qui a été élu, puisque la prochaine assemblée générale aura lieu dans la mesure du possible en avril 2021, afin de renouer avec l’usage qui prévalait jusque-là, mais cela n’empêchera nullement cette équipe de tout mettre en oeuvre pour poursuivre les luttes contre une législation de l’asile agressive et néfaste, contre une administration dysfonctionnelle et hostile, et pour le droit des personnes LGBTQI+ étrangères à se maintenir sur le territoire et à y (re)construire leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *